jeudi 29 octobre 2009

Article about TV Everywhere from "Advertising Age"

This is an interesting article that presents in a short and clear way the bases of TV Everywhere.

8 Things You Should Know About TV Everywhere
Which Cable Companies Are on Board? What Shows? What's the Ad Model?

Andrew Hampp Published: October 27, 2009

DENVER ( -- Since Time Warner CEO Jeff Bewkes made headlines in March by unveiling plans for an industry-wide initiative called TV Everywhere, a variety of labels have been attached to it -- "a Hulu for cable," "online authentication," among them.
But two panels at the Cable & Telecommunications Association for Marketing Summit in Denver this week, entitled "Audience Measurement 4.0" and "Multi-Screen Access: Challenges & Opportunities," shed some light on what TV Everywhere is, isn't and needs to be in the next eight months before the initiative misses its chance to make computers the ultimate DVR for consumers.
TNTA typical on-air episode of 'The Closer' runs 18 ads, which is why it makes little to no revenue sense for TNT to run the same episode online with a third of the same commercials against it.

Here are eight key points to keep in mind.

What is TV Everywhere?

In short, it's an attempt to make broadcast and cable programming available online, on-demand and free with a cable subscription. All you need is to verify, or authenticate, your cable-TV subscription with a username and password -- and have a broadband subscription to go with it. It would essentially make full-length episodes of shows like Bravo's "Top Chef," AMC's "Mad Men" and Discovery Channel's "Mythbusters" and others available online the same way viewers can already watch NBC, ABC, CBS, Fox and select USA and Syfy shows online within days if not hours of their initial premieres.

What it isn't

A Hulu for cable.

Although TV Everywhere will be ad-supported, it won't have the same four-to-five ads-per-show model that Hulu currently sports. Instead, shows viewed through TV Everywhere will have a TV-like ad load that disables fast-forwarding -- a quid pro quo for being able to watch shows like TNT's "The Closer" on-demand in an environment that preserves their revenue model.

Hulu CEO Jason Kilar told Ad Age that Hulu is broadly supportive of TV Everywhere and other authentication efforts, but with a number of caveats. "It has to work for consumers and have a strong user experience," he said, noting that 40% of Hulu's content is not available in cable homes. "We're open to content that's worthy of consumption."

Who's distributing it

Not Hulu yet, although the site, jointly owned by NBC Universal, News Corp. and Walt Disney, made waves last week when it indicated a paid model would be imminent in 2010 -- rumors that Mr. Kilar declined to address. "We are capitalists. That's why we're and not," he said. "We're very proud of the path we're on now in terms of monetizing content. With our business model ... the revenue needed to support that is anything but free."
None of the top non-cable streaming video sites -- YouTube, Yahoo, MSN -- have signed on. But Comcast and Time Warner Cable have both launched early trials, including a summer test in 15,000 Comcast households that included 17 cable networks. It's been estimated that 30 million to 40 million cable households will be ready for authentication by summer 2010. Less officially, DirecTV announced
it would roll out a subscriber trial using the same authentication principles as TV Everywhere for its 18 million-strong subscriber base, but it was quick to dissociate itself from its cable competitors. Additionally, Time Warner appointed Turner programming vet Andrew Heller to serve as its in-house TV Everywhere coordinator to act as a conduit between programmers and distributors.

Who's programming it

Turner, Rainbow Media, Comcast Entertainment and Scripps Networks are the first cable network groups to sign on for the early trials. More recently, CBS has joined the coalition, and it's not for nothing that the Eye Network is the only broadcaster that has opted not to invest in Hulu's free-to-consumers, ad-supported model.
"We believe in the TV Everywhere model as the best solution, from the consumer's point of view," said David Poltrack, chief research officer at CBS Corporation. "We've done a lot of extensive research and we know the distribution of content on the internet and mobile [devices] helps generate trial for programs that do migrate to TV and create a higher level of engagement for programming that benefits both the content provider and the advertisers."

What's the ad model

A TV-length commercial ad load disables fast-forwarding, due to increased frustration among programmers who are selling top-tier TV shows with a third of their on-air ads online. Jack Wakshlag, chief research officer at Turner Broadcasting, said a typical on-air episode of "The Closer" runs 18 ads, which is why it makes little to no revenue sense for the network to run the same episode online with a third of the same commercials against it. "If I can get 4.5 times my TV CPM online [the cost to advertisers to reach 1,000 viewers], I'd be happy and wouldn't need to do anything," he said. "But nobody's getting four times TV CPMs online. Nobody at Hulu's getting twice the TV CPMs. If people who already watch the show see it with a full commercial load, it's still a chance to catch up on shows they miss."

Who's measuring it

That remains to be seen, but it should be Nielsen, said Turner's Mr. Wakshlag. "The truth is Nielsen started talking about integrated measurement two years ago, and I think they've got 10 months" before Turner backs out of TV Everywhere. The company has already pulled its programming from ad-supported streaming sites because of the aforementioned CPM disconnect. "My next TV season is this summer, I've got three nights of top-flight dramas on TNT coming out this summer -- same thing's happening on TBS and TruTV. I want these impressions counted next summer," he said. "If it's going to take 18 months, there's no reason to put my content out there at all because I'm not going to go around my partners at Time Warner or Comcast -- why should I put it up there if I'm going around their content distribution system?"

Why marketers prefer TV Everywhere's online video to set-top boxes

Todd Stewart, VP-corporate ad sales for Bright House Networks, one of the top six cable operators, said the lack of widely available set-top box data from DVRs has been misrepresented as cable companies sitting on a goldmine of data. "It is very technically hard to collect, process and actually store data in a system that is trustworthy enough to build a currency on. If we had a subtle channel lineup switch and we don't catch that -- like if currency is being bought and sold on 'The Closer' but 'The Closer' isn't on that channel lineup -- the data might not be tied to that. We need to keep up with the evolution without having to go through a full revolution."

The user experience

Mr. Heller, Time Warner's TV Everywhere coordinator, said the industry can take a lot of cues from how Hulu and Apple have made TV content available to consumers, and at different price points. "I don't think consumers are saying they want [content] for free. They're saying, I want to receive it differently, and as long as you give me those options and alternatives, I'll take it. We're also willing to watch the commercials. We've seen a lot of examples from the Cox VOD test, Time Warner's Start Over, that says they are willing to do those things if you give them a reason to do it."
Mr. Kilar, meanwhile, emphasized the trust Hulu has built with its consumers through user-friendly ad models and easy access to premium content. "We feel very good about our place in the industry. I feel like we're earning the right to talk to consumers," he said.

vendredi 23 octobre 2009

Le salon Siel & Satis

Les salons incontournable pour les professionnels de l'Audiovisuels et les Médias.

J'ai participé à une conférence "Le web va-t-il tuer la télévision ? ".
Les intervenants :
Sylvain Delteil / Adobe Systems
Arnaud Dressen / HonkyTonk
Fréderic Sitterlé / MySkreen
Julien Heuzé /
Ragav Gupta / Brightcove

La taille de l’écran ne fait plus la différence. Les contenus diffusés sur le Web (CatchUp TV, User Generated Content, VOD,…) séduisent les internautes par leur simplicité d’usage. Comment la TV traditionnelle peut faire face à cette concurrence ?
TV 2.0 > 1 contenu plusieurs plateformes
A quand la TV interactive ?
Monétiser les contenus vidéo sur
le web ?

dimanche 10 mai 2009

MIPTV International TV cross-platform strategies

Moderator : Peter Bazalgette, Media Consultant and Non-Executive Chairman, Sony BMG Television
Christian Bombrun, Deputy Managing Director, M6 Web
Lena Glaser, Head of New Media, Sveriges Television AB
Michel Mol, Director of Innovation, Netherlands Public Broadcasting
Simon Nelson, Controller, Portfolio & Multiplatform, BBC Vision

Quelles sont les stratégies de diffusion des contenus sur les différentes plateformes ?

Cette question a été au centre des discussions entre les représentants de trois chaînes publiques - Sveriges Television AB, Netherlands Public Broadcasting et BBC - et d’une chaîne privée : M6.

Simon Nelson BBC Vision et Michel Mol, Netherlands Public Broadcasting

Simon Nelson - Controller, Portfolio & Multiplatform, BBC Vision - a consacré sa présentation à l’offre de la BBC sur le web, qui propose les programmes déjà diffusés à la télévisons mais aussi des programmes originaux. Les programmes déjà diffusés à l’antenne, sont complétés et enrichis sur le web, par des événements créés autour de ceux-ci et des informations additionnelles.
Sur le Net, on trouve aussi des programmes originaux de haute qualité, tel que « Bitesize » programme éducationnel, ou « Zombie movie », qui a pour but de promouvoir les talents avant la diffusion tv.

Michel Mol - Director of Innovation, Netherlands Public Broadcasting - a présenté l’approche des téléspectateurs aujourd’hui: “Je veux du contenu sur toutes les plateformes ». Cette approche est rendue possible par le fait que les équipements personnels deviennent des ordinateurs qui offrent à l’audience l’accès aux programmes. Le point de départ est le contenu, qui est ensuite décliné selon le support choisi - TV, radio, mobile, internet, VOD - et enrichi par le User Generated Content (UGC).
Le Net offre des fonctionnalités additionnelles : interactivité et bonus. Leur programme «101Barz », dédié aux jeunes téléspectateurs a une audience plus importante sur le net qu’en tv.
La télévision sur mobile, qui est accessible partout, diffuse plutôt les programmes de flux reformatés en programmes courts de 5 minutes.

Peter Bazalgette, Christian Bombrun et Lena Glaser

M6 est également présent sur de multiples supports : TV, PC, Mobile. Christian Bombrun - Deputy Managing Director, M6 Web - fait une distinction entre le contenu de 1ère génération (TV, satellite, TNT, HD) et le contenu de 2ème génération ( ADSL, Web, TMP) qui répond à la multiplication « des écrans » personnels connectés à l’Internet. M6 est très active sur le Net.

M6 Replay, la catch-up TV, diffuse 95% des contenus de flux gratuitement pendant au moins 7 jours et compte plus de 2 millions d’utilisateurs.

Selon une étude présentée par Christian Bombrun, pour 60% des téléspectateurs, la catch-up tv est un complément de la télévision, pour 30%, c’est une opportunité de regarder les programmes qu’ils ont manqués à la télévision, pour 12,5% une chance de regarder encore une fois les programmes qu’ils ont déjà vu à la télévision. Les recettes de M6 Replay proviennent la publicité. D’ailleurs, le taux de la mémorisation de la publicité qui apparaît en pré-roll est de 29,3%. Il est plus important que celui de la télévision qui s’élève à 17%.
Concernant le TMP, la question se pose de savoir dans quelles circonstances les gens vont regarder la télévision sur leur téléphone portable. La réponse n’est pas encore connue pour le moment et c’est pour cela que TMP reste encore à développer.

Lena Glaser - Head of New Media, Sveriges Television AB - a expliqué que Sveriges, comme les autres chaînes, décline les contenus sur les différentes plateformes (TV, Web, TMP). L’offre VOD de la chaîne, qui propose ses programmes et ses clips, est un succès : elle a enregistré, en moyenne, pendant 30 jours en 2008, plus de 20 millions de vidéos vues, alors que la population suédoise est de 9 millions. Concernant la façon de consommer les médias, Lena Glaser estime que les futurs téléspectateurs vont devenir de plus en plus actifs.

vendredi 1 mai 2009

MIP TV: Television everywhere!

La télévision est devenue aujourd’hui un média puissant - 99% de la population regardent la télé. La télévision classique, linéaire représente encore aujourd’hui 94%, mais les nouvelles plateformes (VOD, PC, Mobiles) avec la télévision non-linéaire se développent.

Que signifie la télévision partout?

Selon Guillaume Lacroix, Director, New Services, Content LoB, Orange, la façon de consommer la télévision change : on évolue de média de masse à média individuel, grâce auquel on peut regarder ce que l’on veut, où on veut et quand on veut. Orange a notamment lancé en Octobre des programmes non-linéaires que le public peut regarder sur PC, IPTV et les mobiles. La nouvelle TV regroupera au sein d’une offre unique, les deux services : linéaire et non-linéaire.

Philip Jay, Head of New Services, TV Platforms, BBC FM&T, a souligné l’importance de la télévision, devenue une part intégrale de notre salon et de notre famille, qui crée des liens forts avec l’audience. Pour la plupart de gens la télévision est un média puissant ayant remplacé certaines de nos activités.

Thomas Jacques, Director of New Media Strategy and Innovation, TF1, eTF1 COO a ajouté l’importance de l’engagement de l’audience, qui évolue. La télévision permet de créer des liens sociaux – suite à la diffusion du programme tout le monde en discute et échange leurs points de vue. Dans le futur, cette discussion sera remplacée par une discussion sur les réseaux sociaux comme Facebook.

Pour Kurt Sillen, Vice President, Ericsson Mobility World, Ericsson AB la télévision partout signifie que nous pouvons produire du contenu partout et par tous moyens, notamment en utilisant les téléphones portables. Un inconvénient majeur subsiste : la qualité de l’image sur les téléphones. C’est pourquoi Ericsson travaille sur de nouvelle technologie : HSPA 3G mobile network, qui permettra de regarder et de filmer avec une excellente qualité de vidéo (la résolution VGA) sur nos portables.

Ari Iso-Rautio, Vice President, Capgemini Consulting a soulevé une question au cœur du débat: est-ce que la télévision sur le mobile peut réellement exister?

Thomas Jacques, TF1, eTF1 COO voit deux facteurs créant une barrière importante à cette perspective: la petite taille de l’écran et le manque de sensation éprouvées en regardant les programmes sur nos grands LCD.
Guillaume Lacroix, Orange pense que la télévision sur le mobile peut exister si le contenu est adapté à cette nouvelle plateforme, et surtout si il existe une technologie permettant de regarder la télévision de bonne qualité et en tout confort sur les écrans de téléphones portables. D’autant plus que la télévision sur le téléphone demande un investissement énorme, qui nécessite la création d’un nouveau réseau.

Urszula Gleisner-Nawroski

jeudi 30 avril 2009

MIP TV: Interview with Jonathan Taylor, Vice President of PR, Starz Media, LLC

Starz Media, Starz Entertainment and Overture Films are three businesses of a US company: STARZ , a subsidiary of Liberty Media. Starz, LLC produces the content, , delivers it through its own pay TV networks, distributes it digitally and via DVD, and provides it directly to viewers through internet. Starz Media well –known productions are: “The Simpsons, “Wow! Wow! Wubbzy!“ ,


Why did you participate in MIP TV?
MIP TV is an important market for Starz Media. We’ve had continually growing success providing programming for networks around the world. From feature films to TV movies and series, to short-form content for broadband outlets, we’re creating and distributing entertainment in all formats and delivered to audiences however and whenever they want it. For us, as with most big entertainment companies, the international marketplace is vitally important, and MIP TV is one of the small handful of key markets on the international calendar.

What are your impressions of this MIP TV?
Like most attendees, we arrived in Cannes unsure of the vitality of the marketplace, and the fate of the MIP TV market, but by the time we left, we’d had a strong market and came away with renewed confidence in the viability of the global TV market. As always it comes down to having the right content for international buyers. We brought a mixture of movies, series, specials, animation and more, and found a hungry group of buyers. That said, things are certainly different. There were fewer companies exhibiting, and noticeably smaller crowds. But the key buyers and sellers were there, and plenty of business was conducted. We’re now looking forward to Mipcom in October.

Urszula Gleisner-Nawroski

MIP TV 2009: Interview with Mansha Daswani,

Interview with Mansha Daswani, journaliste and Executive Editor of ”World Screen” based in New York and VP of Content Strategy, WSN INC.

At the MIPTV, which newspaper do you represent?
I work for “World Screen”: we have ten publications. So I’m here finding stories everyday, every deal happening at the market.

It’s not the first time that you participate in MIP, is it?
I’ve been coming since 2005.

How do you get the information concerning the MIP?
I’ve got a lot of press releases. And I run a lot around the palace talking to as many people as possible to find out what the view of the business is right now, what they’re selling, what the people are buying, and ask a lot of questions.

What are the trends of MIPTV 2009?
I think that the big topic is the economic downturn and its long term impact on the business. The other big trend is the technology: more mobile phones, more IPTV, online content, etc.
I think that the big question is how to create the content specifically for those platforms and to have money for them.

For you, what is the most important moment of this edition?
I don’t think I’ve got it yet, but the most interesting story I had, it was talking to Orange about how much they’re buying for the TV service.

China is the honour guest, what do you think?

I’ve actually interviewed the China’s vice-minister of State Administration of Radio, Film and Television, Mr Tian Jin .They’re obviously keen to expose to the world what China has to offer, whether it is the animations, or drama, or documentaries. And I think they seem to be willingness to learn from the international market. I think it’s the sign that they’re opening up slowly for the world and they are willing to see the doors opening to their productions.

Urszula Gleisner Nawroski

mercredi 22 avril 2009

MIP TV "when will online revenues become meaningful"

Tous les fournisseurs du contenu numérique se posent la question : quand les revenues provenant de la publicité sur le web deviendront important. Selon les différentes études, la publicité en ligne en Europe pourrait représenter de 2,5 à 7,1 milliards d’euros en 2012. Actuellement les revenus proviennent en grand partie de publicités « pre- roll » et « in-roll ».

Les différents intervenants ont souligné le problème qu’il n’existe pas encore une bonne mesure d’audience et de ROI sur le web– les deux piliers qui parlent aux annonceurs. Patrick Walker, Director, Video Partnerships EMEA, Google/You Tube a avoué que You Tube est en train de créer les outils de mesure d’audience sur le web.
En plus il existe une nécessité d’apprendre aux agences médias la façon de communiquer auprès leurs clients sur les différentes formes des publicités.

Frédérique Vaulpré, Marketing Director, Digital TV& Video a souligné le problème avec l’absence de la longueur « standard » de la publicité sur le web. La durée de 20 seconds c’est beaucoup trop longue, tandis que 5 seconds c’est le format qui marche le mieux. Marc DeBevoise, Senior VP of Digital Media, Business Development and Strategy, STARZ a ajouté que la mémorisation est meilleure quand il y a peu de publicité en pre-roll. Et c’est le format court qui marche le mieux.

D’autre problème : la précision de la cible n’est pas évidente sur le web. Les lois sont très strictes et protège bien les données privés des gens.

Concernant la création du contenu pour le web- chacun a sa stratégie.
Patrick Walker, Director, Video Partnerships EMEA, Google/You Tube cherche les programmes différents et n’hésite pas d’expérimenter avec le contenu.
Marc DeBevoise, , Senior VP of Digital Media, Business Development and Strategy, STARZ MEDIA reprend les contenus diffusés sur leurs chaînes ainsi que produise les contenus originaux destinés spécifiquement au web. D’autre piste c’est d’intégrer le placement de produit dans le programme.
Joe Michaels, Senior Director, Business Development,
MSN Entertainment, Video & Sports
insiste sur le contenu premium sur le web.
Frédérique Vaulpré, Marketing Director, Digital TV& Video avoue qu’il innove et crée les programmes interactives, les programmes qui ont la values additionnels par rapport aux leurs concurrents.

Tous les intervenants sont d’accord que les revenues provenant de la publicité sur le web deviendront important mais il faut être patience. Selon Patrick Walker, Google/You Tube, il existe aussi la nécessité de bien préciser et clarifier les droits ainsi qu’intégrer bien l’approche marketing pour différents plateformes.
Pour Marc DeBevoise, Starz, en plus il faut trouver les partenariats et les programmes qui marchent les mieux sur le web dans l’ère de la fragmentation de l’industrie.

Urszula Gleisner-Nawroski

samedi 18 avril 2009

MIP TV: Interview with Eric Judor

Une grande surprise : Eric Judor était au MIP TV 2009, se laissant aller à cette petite interview. C’est une personnalité attachante ayant conservé la bonne humeur naturelle que tous les Français connaissent si bien. Très accessible donc, il nous donne rendez vous pour une nouvelle série : extraits.

Que fait-vous ici, pendant le MIPTV ?
Je viens vendre une série que je suis en train d’écrire avec deux auteurs. Ramzy n’y participe pas. C’est une série destinée au marché international, c’est pour cette raison qu’elle est en anglais. Ce n’est pas une série marrante, , mais plutôt une série action – drame, une sorte de chasse à l’homme sur 8 épisodes de 52’, donc une mini-série pour une saison.

Alors vous voulez attaquer l’Europe, les Etats-Unis ?
Même physiquement…

C’est la première fois que vous participez au MIP ?
Oui. Avant j’avais envoyé les gens pour une série qu’on a réalisée qui s’appelait « Moot-Moot ». C’est une série d’animation : le dessin animé pour les adultes. Là, on vient pour une série sérieuse car on essaie de changer nos « cordes », changer de branche.

mercredi 15 avril 2009

Les stars du MIP TV 2009

Voila les célébrités que j'ai croisées à Cannes:

William Petersen

William Petersen, l’acteur et le producteur exécutif de la série qui bat tout les records dans le monde : « CSI : Crime Scene Investigation » ou il joue un investigateur Gil Grissom.
William Petersen a été pendant 2 jours à Cannes : le 30 et 31 Mars ou il a accompagné son distributeur : CBS Paramount International Television.

Charlie Hunnam

Charlie Hunnam c’est un acteur principal de la série “Sons of Anarchy”, une série qui montre le quotidien d’un gang de motards en Californie. Charlie Hunnam interprète le rôle de Jackson « Jax » Teller. La série est distribuée par Twentieth Century Fox Television Distribution.

Said Serhan et Gretta Al Rayess

Said Serhan et Gretta Al Rayess, les animateurs de la chaîne pour les enfants Al Jazeera Children’s Channel.

vendredi 10 avril 2009

MIP TV: Endemol Group “ Our best kept secrets in 3D”

On Monday 30th March Ynon Kreiz , Chairman and Chief Executive Officer of Endemol Group, during the spectacular show revealed Endemol’s best kept secrets in 3D: a perfect and extremely well prepared presentation!

Endemol –a global company with a local approach.

The 1st secret is that Endemol is a global company – the secret that everybody knows, I guess.
The company was established 15 years ago and today this group has businesses in every territory around the world. It produces more than 40 000 hours of programs per year becoming one of the largest TV cross-platform company in the world.
However they keep local approach – and this is their strength: they employ local managers who have a perfect knowledge of local culture and local needs.

Endemol – the worldwide creativity network

The 2nd best secret – they have hits, programs that are global blockbusters such as Big Brother and Deal or No Deal.
To create a hit like these ones, they focus on creativity. Each year, they produce 2000 hours of original programs and more than 200 new formats have been created last year. The principal goal? Create a format that will be a hit.
Moreover, Endemol develops a creative global network that Ynon Kreiz called “the DNA of our group”. In each country, they have a creative department which develops new ideas and formats. All those local teams are connected to Endemol global creative team and they have regular meetings during the year in order to develop new projects. It’s the world’s biggest brain storm team, a continuous process of new ideas generation.
Despite the economic crisis, Endemol invests and will invest even more heavily in the development of creativity.

Endemol - the diversity of its offer

Maybe it will be a surprise for most of you, Endemol produces not only reality shows but also:
- drama series: well developed in Spain, Italy
- tele-novels: they established a partnership with Telemundo
- drama production: in Australia Endemol’s drama productions represent 40% of the market.


The economy of scale and local productions enable Endemol to realize the significant costs savings.
Its hits attract the brands that participate in the funding of the programs.
Moreover, the distribution starts to be a core of the Endemol business.
During this show we celebrated the 10th anniversary of Big Brother, program that was broadcasted in 65 countries so far. In 2008, Big Brother was broadcasted in 40 countries and for the 1st time in Israel.

Urszula Gleisner-Nawroski

lundi 6 avril 2009

MIPTV- Meeting with Tomasz Raczek

I had a great pleasure to meet and discuss with Tomasz Raczek, a famous polish film critic and author of TV (TV2, Kino Polska) and radio programs (Polskie Radio, TOK FM, RMF FM, Radio Klasyka).

dimanche 5 avril 2009

MIPTV - polish journalists

Polish journalists covered this event as well.

Many thanks to you: Radek,Maciej, and Korneliusz !

It's great to talk in polish;)

vendredi 3 avril 2009

Merci à l'équipe de ReedMidem!

Un grand merci à l’équipe de ReedMidem pour leur aide précieuse et leur support constant !

Spécial remerciement aux :
Martine Donboly,
Mike Williams et
Jean-François Danis.

Mike Williams avec Alice Mazzolo, Ane Maryse Nkeuna et moi

Martine Donboly et Jean - François Danis

mercredi 1 avril 2009

MIPTV - équipe du MBA en Production Audiovisuelle

Voila l'équipe de filles du MBA à Cannes!

Alice Mazzolo, Maud Hervy, Anne Maryse Nkuena

Les filles, c'était une très belle aventure.

vendredi 27 mars 2009

MIP TV s'approche!!!

MIP TV commence à partir de 30 Mars jusqu'a 3 Avril

Cette année une série des conférences sur les nouveaux médias: TV sur mobile, Internet, VOD, jeux, et encore beaucoup plus!

Guest Star

Cette année un guest star de MIP TV est William Petersen, l’acteur et le producteur exécutif de la série qui bat tout les records dans le monde : « CSI : Crime Scene Investigation » ou il joue un investigateur Gil Grissom.
William Petersen sera présent pendant 2 jours à Cannes : le 30 et 31 Mars ou il accompagnera son distributeur : CBS Paramount International Television.

Digital Emmy Awards

Le 30 mars aura lieu une cérémonie de 4ème International Emmy Awards. 12 nominés de 9 pays différents rivalisent entre eux dans les 3 catégories : Fiction, Non Fiction et Children & Young People. Une statuette de Pioneer Prize sera mit à Nokia.

Nouvelle Chaîne ZILLION TV

Une nouvelle chaîne va naitre lors du MIP TV : ZILLION TV.
C’est une chaîne qui offre des programmes VàD de majors d’ Hollywood et de distributeurs TV.
Elle propose en plus la publicité personnalisée et un commerce innovant dans le monde audiovisuel.

Simplement un événement incontournable !!
Tous les détails vous trouverez sur le site :

lundi 16 février 2009

Retail Theatre Event Review

Below you can find an interesting article that appeared on and that summed up new trends: "The Next Generation Of Retail Digital Signage".


" the future retailers won't just be looking to bolt plasma screens to the walls of their retail environments, but will actually be pulling apart their stores and designing environments totally around the opportunities afforded by audio visual technology. No longer bland old 'digital signage', but exciting integrated multimedia experiences - or 'Retail Theatre'. To offer their thoughts on the subject, The Screen had drawn together a selection of companies working at the cutting edge of retail digital media - all of whom had their own perspectives and intriguing case studies.

  • CBS

CBS's work with the digital signage within Westfield is stunning - with fantastically designed dual sided portrait-style digital posters all clad in white organically shaped corian. The presentation from CBS showed how these designs had come to life, and how challenging it had been defining the digital landscape of a site that was no more than a piece of paper. However the results are magnificent - and CBS is now the proud custodian of a great example of true 'Retail Theatre'.

  • Sony

Sony are a company that know a thing or to about 'customer experience' - and they work out how Sony can bring all its movies, music, gaming, hardware, software and high-end broadcast solutions together - to offer the joined-up 'Sony United' concept of 'Visual Wealth'.For Sony it's all about great content delivered in great style in exciting and unique ways. The specific case study discussed was the work done for The National Geographic retail chain - 'flagship' stores across the major shopping capitals of the world. Each of these environments is designed as part curiosity shop, part museum, part book store, part coffee shop, part clothes store, part travel emporium. Across the site Sony has worked with the company to deliver high-definition content across different digital signage applications. The overall effect being of something that doesn't look much like a shop - eventhough people end up spending money there and appear to keep coming back to spend more.

  • Mood Media

In some of their more recent installations they have combined sensory experiences that offer the exact right combination of sound, sight and smell to drive a particular purchase decision. Fresh cut grass and buzzing noises for the garden equipment zone - and running water, flower fragrances and soothing tunes for the bathrooms. MoodMedia knows its 'science' works - and the great results and customer feedback from their sites prove that in a world where purchase decisions are more often 'want' than 'need' driven - it more than pays to play on the emotions driven by our core senses.

So retail theatre - the idea of technology used seamlessly as part of the customer experience - is not just the future, but alive and out there today. It is defined by a focus on good design, subtle positioning, smart technology and core emotional triggers.

Google cesse ses régies publicitaires en radio et presse et développe sa régie télé

En 2006 Google, qui obtient 97% de son CA de la publicité, a voulu élargir son offre et s’est lancé dans la vente d’espaces publicitaires en radio et presse (Google Audio Ads).
Le projet de Google était de transposer dans les médias traditionnels les outils de mesure et d’achat d’espace qui fonctionne tellement bien sur Internet.

Mais ces deux secteurs n’ont pas généré les résultats espérés et Google sort de ces activités pour d’avantage se concentrer sur le développement de nouveaux formats dans la publicité sur Internet et la télévision.
Selon l’article « Publicité en presse et radio : Google jette l'éponge », de la Tribune, « Le groupe s'intéresse notamment aux espaces dans les flux audio de services d'écoute en ligne comme et Deezer. La vidéo et le mobile sont deux autres chantiers importants pour le moteur de recherche qui a amplement diversifié son activité et son portefeuille de produits. »
En même temps Google continue d'investir dans l’activité de publicité télévisée qui est en croissance. Partenaire de NBC Universal, Bloomberg TV et Hallmark Channel, le groupe Internet poursuit sa conquête de l'inventaire audiovisuel.

jeudi 5 février 2009

Internet: la bataille des grands groupes

Selon le bilan de l’Institut Médiamétrie-NetRatings, 33,5 million des Français sont sur Internet, c’est 63,5% de la population. C’est 2 millions de plus qu’il y a un an.

En tête, les entreprises « pur » Web, les grands groupes de médias se placent à partir de 10ème position (WAT de TF1). Les gagnants sont :
  1. Google
  2. MSN
  3. Orange
  4. Yahoo

occupe 8ème place avec 12,68 millions de visiteurs uniques

prend la 12ème place avec 9,35 millions de visiteurs.

Les groupes médias pour attraper son retard acquéraient les entreprises web :

  • Lagardère a racheté Doctissimo
  • TF1 – le site de blogs : Overblog
  • M6 – Clubic.

Pour voir le classement, cliquez sur ce lien de "La Tribune", du 4 février 2009:

Les vingt premiers sites supports de publicité les plus visités en France , La Tribune du 4 février 2009

TNT à Coulommiers

La ville pilote Coulommiers a rentré le 4 février dans l'ère numérique!
D'autres régions vont progressivement passer au numérique jusqu'a novembre 2011.

Comme precise l'article "Coulommiers passe à l'heure de la TNT" qui est apparue dans Le Monde: "à partir de 17 h 30, les 15 000 habitants de Coulommiers et ceux de neuf communes avoisinantes, en Seine-et-Marne, seront privés de télévision analogique au profit exclusif de la télévision numérique terrestre (TNT).

Trois opérations-pilotes au total seront menées en 2009 : après Coulommiers, ce sont: Kaysesberg, dans le Haut-Rhin, et la région de Cherbourg qui passeront au tout numérique.

L'extinction du signal analogique sera opéré fin 2009-début 2010 dans les régions: Alsace, Lorraine, Champagne-Ardennes, Franche-Comté, Basse-Normandie, Pays de Loire et Bretagne.

Un délai de neuf mois est prévu entre l'annonce de l'arrêt dans une zone et la coupure des émetteurs. La totalité du territoire sera couverte d'ici à fin novembre 2011.

L'ensemble des Français devrait alors avoir accès à 18 chaînes gratuites en mode TNT, au lieu de six chaînes gratuites reçues aujourd'hui nationalement. Outre TF1, France 2, France 3, Canal+ en clair, M6, France 5 (24 heures sur 24) et Arte (24 heures sur 24), viennent s'ajouter Direct 8, W9, TMC, NT1, NRJ12, La Chaîne Parlementaire (LCP-Assemblée nationale et Public Sénat), France 4, BFM TV, I-Télé, Virgin 17 et Gulli."

mercredi 28 janvier 2009

Interview avec M Orion, Directeur Adjoint Juridique de France Télévision

Vous êtes le directeur adjoint juridique chez Fr TV et en même temps responsable des nouveaux médias. Quelle est exactement votre rôle dans les nouveaux médias ?

Je suis en charge des problématiques juridiques liées aux nouveaux médias et aux nouveaux formats c'est-à-dire les problématiques liées tant à la distribution linéaire de nos chaînes de télévisions qu’a la distribution non linéaire de nos programmes - c'est-à-dire les services à la demande - diffusés sur l’ensemble des nouvelles plateformes numériques tel que l’Internet, les réseaux mobiles, l’ ADSL.

Quelle est actuellement l’offre de Fr TV sur les nouveaux supports?

Les chaînes de France Télévisions sont distribuées en linéaire sur l’ensemble des réseaux de communications électronique et les sites internet de France 2, France 3, France 4, France 5 et RFO qui font partie de l’offre non linéaire de France Télévisons proposent une offre éditoriale et de vidéos très importante où l’on retrouve toute la diversité des programmes et services de France Télévisions (reportages, programmes courts, jeux, services et une grande partie des émissions). En effet, nos sites proposent une large offre de vidéo à la demande gratuite, et notamment une offre de « Catch up » ou télévision de rattrapage, qui permet de revoir un certain nombre d’émissions après leur diffusion sur les antennes du groupe, pendant un délai allant de 7 à 14 jours ou au-delà en fonction des accords qui ont été négocié avec les ayants droit. Bien entendu la vidéo à la demande - que l’on retrouve principalement à l’adresse internet - peut être exploité pour des périodes plus longues sur nos sites internet et avoir un modèle économique différent basé sur le paiement à l’acte.

Mais le catch up n’est pas vraiment la vidéo à la demande….

Juridiquement ce qu’on appelle la vidéo à la demande, c’est le fait de pouvoir voir un programme quand on le veut, au moment où on le veut, à l’endroit que l’on souhaite et sur n’importe quel support permettant ce visionnage.

La « Catch up » qui permet ainsi de pouvoir regarder le programme qu’on a manqué à la télévision, au moment que l’on souhaite, sur son ordinateur ou sa télévision, pendant les 7 ou 14 jours qui suivent la diffusion du programme n’est ni plus ni moins conforme à définition décrite ci-dessus. Passé ce délai, on peut toujours avoir la même fonctionnalité, mais ce n’est plus vraiment de la Catch-up c'est-à-dire la télévision du lendemain, c’est une V.O.D « classique » (encore une fois gratuite ou payante selon le modèle économique choisi).

En tout état de cause et juridiquement, ces deux modes de consommation de la vidéo sont similaires, ce qui a été confirmé notamment par le CSA, le CNC dans leur avis en la matière ou la première décision du Conseil de la Concurrence.

France Télévision est présente sur l’internet, sur VOD, mais y’at-il d’autres supports où vous êtes également présents ?

Nous sommes distributeur sur les supports que nous maîtrisons : l’Internet, la V.O.D. Cette distribution se fait au travers de notre filiale France Télévisions Interactive qui gère ce type d’exploitation. N’étant pas propriétaire d’un réseau ADSL, ni de réseaux mobile, nous passons des partenariats avec des opérateurs tiers. Nous avons ainsi passé un partenariat avec Orange, en mars 2008, qui permet à cet opérateur de distribuer notre offre « Catch up TV » pour une partie de nos programmes en exclusivité sur les 3 supports suivants: ADSL, Internet et mobile. Cet accord couvre les programmes de flux et de stock de la tranche 18h-24h dont nous avons obtenu les droits auprès des ayants droit.

Mais faut-il être abonné Orange pour les voir?

Non. Ce que vous voyez dans le cadre de l’offre d’Orange, vous pouvez aussi le voir sur les sites internet de France Télévisions.

Je regarde régulièrement le catch up sur France 5...

France 5 a passé, pour son offre de catch up et de préview, des accords particuliers avec l’U.S.P.A (Union syndicale de la production audiovisuelle). La chaîne met ainsi en ligne sur son site internet tous les documentaires français avant et /ou après leur diffusion.

Selon Médiamétrie/Cyberstats, les sites de France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, et RFO) ont enregistré pendant la 3ème semaine de Novembre plus d’un million de visites par jour, soit 55% de plus qu’à la même période en 2007. Vous pensez que c’est une tendance stable et que ces chiffres peuvent encore augmenter ?

Oui, on espère bien entendu une progression dans les mois qui viennent. Il est à noter que certains événements comme notamment les élections et les évènements sportifs (JO, Tour de France, Vendée Globe) sont générateurs d’audience pour les sites de France Télévisions.

France Télévisions va-t-elle créer une web TV à partir des 24 bureaux régionaux de France 3?

C’est une idée qui a été proposée par le président de France Télévisions sur laquelle France 3 travaille. France 3 a déjà lancé une web TV jeunesse à l’automne sur France dénommée « TooWam ». Cette web TV a permit aux jeunes internautes de pouvoir regarder le meilleur de leur séries sur un mode linéaire pendant une tranche horaire déterminée.

Je reviens sur le nouveau site de France 3. Quel est le but de cette opération ?

En fait à France 3, nous disposons aujourd’hui de nombreux contenus issus de nos rédactions régionales et locales. Le web va permettre aux chaînes régionales de France 3 de se démarquer et de pouvoir compléter les décrochages régionaux et locaux en proposant la diffusion sur Internet à l’ensemble des téléspectateurs, quelque soit leur région, non seulement de nouveaux programmes mais également des programmes qui ne peuvent être actuellement diffusé à l’antenne.

Quels sont les autres tendances de développement de France Télévision sur des nouveaux supports ( VOD, catch-up tv) autres que ceux dont nous avons déjà parlé?

Les Web TV (des programmes de jeunesse, de fiction, d’animation, de documentaire…) ainsi que les nouveaux services non-linéaires sont un axe fort de notre développement.

En effet les Web TV et les nombreux services non-linéaires que nous pouvons associer à cette diffusion vont nous permettre d’apporter aux téléspectateurs un complément que le télévision classique ne permet pas.

Bien entendu dans ce domaine, nous sommes très à l’écoute des nouveaux projets dont on apprend l’existence chaque jour.
Pour vous, quel est l’avenir de la télévision ?

La télévision est aujourd’hui dans une extraordinaire mutation technologique qui permet de passer d’une consommation linéaire des programmes à une consommation non-linéaire. La télévision classique restera toujours à notre avis toujours un mode de consommation apprécié des téléspectateurs. Mais il est évident que de plus en plus de téléspectateurs voudront se faire leur propre programmation et iront chercher sur ces nouveaux supports numériques ce qu’ils veulent voir, au moment où ils veulent le voir. C’est l a raison pour laquelle il faut à la fois maintenir une télévision classique (celle-ci continuera toujours d’exister) et proposer une offre différente, non-linéaire, de service à la demande, ou de web TV par exemple. Ce sont ces services supplémentaires - compléments de l’antenne - qui permettront de toucher et de fidéliser un nouveau et un plus large public.

Propos recueillis par Urszula Gleisner

mardi 27 janvier 2009

Télévison Mobile Personnelle - un lancement difficile

La Commission de Bruxelles fait la pression sur 27 pays membres de l’Union Européen d’accélérer le déploiement des réseaux et services qui permettront d’offrir de la télévision et des services interactifs sur les téléphones et autres récepteurs portables.

Viviane Reding, la commissaire européenne chargée des Nouvelles Technologies a présenté une recommandation recensant « les meilleures pratiques en matière d’autorisation » pour la télévision sur mobile. Dans un communiqué elle a prévenu que « la Commission suivra de près les progrès accomplis et ne tolérera aucun retard lié à des exigences déraisonnables », l’article «Bruxelles pousse à un lancement plus rapide de la télévision sur mobile » Les Echos.

En France le lancement de la télévision mobile est suspendu à cause d’un manque d’un accord entre les opérateurs télécoms et les chaînes. Les 16 chaînes demandent aux opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom de payer 87% des coûts de diffusion de la télévision mobile, ce qui est catégoriquement rejeté par les opérateurs. Les opérateurs trouvent ce business model trop favorable aux chaînes et ne croient pas à sa viabilité pour la télévision mobile.

L’affaire à suivre.

Les 16 candidats à la Télévision Mobile Personnelle
BFM TV (NextRadio TV)
Canal Plus
Direct 8 (Bolloré)
EuropaCorp TV (Luc Besson)
Eurosport (Groupe TF1)
France 2
France 3
I-Télé (Groupe Canal Plus)
NRJ 12
NT1 (AB)
Orange Sport (France Télécom)
Virgin 17 (Lagardère)
W9 (Groupe M6)

dimanche 25 janvier 2009

Dailymotion crée une chaîne jeunesse

Les nouveaux acteurs arrivent sur le marché audiovisuel.

Dailymotion, le site de partage de vidéo a lancé une chaîne de jeunesse gratuite DM Kids avec 300 heures de vidéo aux 3-6 ans et aux 7 ans et plus.

Dailymotion a signé des accords avec les plus grands opérateurs audiovisuels, comme les chaînes jeunesse de Turner, de Viacom, de la Lagardère et avec les editeurs comme Cartoon Networks, Boomerang, Canal J, Tiji ou Gulli.

Comme a expliqué Martin Rogard, DG de Dailymotion France dans l'article de Le Figaro "Dailymotion crée une chaîne dédieé aux enfants", " Aujourd'hui, 5% de nos utilisateurs -au total, Dailymotion compte 10 millions de visiteurs uniques - ont moins de 12 ans . Par cette offre, nous prenons acte du bouleversement des usages des nouvelles générations et nous leur offrons une présence adaptée.".

Dailymotion rémunère ses partenaires de deux maniers:

-les institutionnels gagnent une visibilité

-les partenaires médias partage le revenus qui a été négocié

Cette plateforme dispose d'une régie publicitaire qui va demarcher les annonceurs.

Dailymotion c'est un concurrent avec un grand potentiel et une stratégie precise : " de développer la logique de thématiques dédiées à des cibles particulières et cohérentes". En plus, ils sont capables de " raconter des histoires éditorialisées et ciblées à nos annonceurs".

Un avantage non négligeable.

samedi 17 janvier 2009

VOD - un marché avec un grand potentiel

Vidéo à la demande c’est un marché en plein développement.

« Pour le moment ce marché est assez modeste (60 millions d’euros en 2008) mais il double chaque année depuis 3 ans » a précisé Philippe Bailly de NPA Conseil.

C’est pour cela les différents acteurs se précipitent pour gagner sa part du gâteau.
On trouve parmi eux les chaînes classiques aussi bien que les opérateurs de l’ADSL et sur Internet, par les distributeurs comme MK2, La Fnac,, Allociné, ou même les supermarchés comme Carrefour et Tesco.

Qui seront les acteurs principaux – on verra bientôt.

Pour nous, les consommateurs, la concurrence entre les acteurs nous permettra de profiter de larges catalogues au prix intéressants.

vendredi 16 janvier 2009

France numérique 2012

France numérique 2012 c'est un plan de développement de l'économie numérique.

Eric Besson, Secrétaire d'Etat à la prospective a été chargé par le Président de la République et le Premier ministre d'assurer le pilotage et la coordination de l'ensemble des politiques publiques dans le domaine du numérique.

L’objectif est de:

  1. developper l’accès aux services numériques à l’ensemble des Français grâce à l'Internet haut débit, la TV numérique et le développement du mobile

  2. connecter d’ici 2012 tous les Français au haut débit (54,2% mi-2008) et porter d’ici 2010 à 70% la part des ménages équipés d’un ordinateur (contre 55% actuellement).

Ce plan propose plus de 150 actions concentré sur quatre priorités :

  • Permettre à tous les Français d'acceder aux réseaux et aux services numériques,

  • développer la production et l'offre de contenus numériques,

  • accroître et diversifier les usages et les services numériques dans les entreprises, les administrations, et chez les particuliers,

  • moderniser notre gouvernance de l'économie numérique.
Pour télécharger ce plan, allez sur le site:

jeudi 15 janvier 2009

Première étude d'audience cross-média

"L'audience c'est la monnaie des médias", comme a dit Michel Grandjean, directeur général du Centre d'étude des supports de publicité lors d'interview "Les média en quête d'une mesure d'audience unique tous supports"pour La Tribune (16 Decembre 2008).

Aujourd'hui chaque média utlise plusieurs supports de diffusion donc l'efficacité de la publicité doit être mesurée quel que soit le support de diffusion.

Les intituts de mesure d'audience de la presse quotidienne et magazine (Audipress), Médiametrie et Affimétrie (mesure l'audience de la publicité extérieur) ont fini leur première étude de cross-média.

Cette étude permet:

  • de rapprocher les mesures d'audience de l'ensemble des médias: radio, télévision, Internet, presse, affichage

  • de mesurer l'audience d'une marque sur l'ensemble des supports

Médiametrie fait un pas supplementaire: pour améliorer la mesure d'audience de la télévision l'institut prendra en compte les programmes de télévision visionnés en différé.

Selon l'article "Médiametrie va mesurer l'audience de la télévision de rattrapage"de "Les Echos" du 11 Decembre 2008, Médiametrie va integrer la technologie du "watermarking" developpée par Thomson. Cette technologie qui "tatoue" chaque programme de chaque chaîne de télévision au moment de de leur diffusion va permettre de mesurer l'audience de la télévision de rattrapage ( des programmes enregistrés par un disque dur numérique ou récupérés sur les sites Internet des chaînes, qui sont ensuite visionnés en différé.

Au premier semestre 2010 les programmes regardés en différé seront ajoutés à la mesure de référence, ainsi que ceux regardés sur l'ordinateurs sédentaires.

L’ère de nouveaux médias sur les différents supports c’est une réalité et les institues qui mesurent l’audience anticipent à ce changement.

Les mesures d'audience

Télévision: un panel de 9326 personnes vivant dans 3 611 foyers.

Système de mesure: audimètre qui enregistre automatiquement le numéro de la chaîne regardée.

Internet: l'approche "user centric" mesure la navigation sur Internet d'un panel de 25 000 personnes.

L'approche "site centric" mesure la frequentation d'un panel de plus de 850 site Internet.

Radio: un panel de 126 000 personnes qui sont interrogées par téléphone en 10 mois sur les stations, les émissions, les plages horaires qu'elle écoutent.

Presse: la presse quotidienne- le sondage par téléphone de 25 500 personnes

La presse magazine- un panel de 24 000 personnes interrogées en face à face sur 170 titres de press magazine.

lundi 5 janvier 2009

IBM Surveys

IBM conducted some research concerning the future of TV and future models of advertising.
You can download these study on:
Below you can find some excerpts from these surveys:

The next five years will hold more change for the advertising industry than the previous 50 did. Increasingly empowered consumers, more self-reliant advertisers and ever-evolving technologies are redefining how advertising is sold, created, consumed and tracked,” - write IBM’s Saul Berman and Bill Battino.

According to these surveys the consumer digital media and entertainment habits shows that audiences are more in control than ever and increasingly savvy about filtering marketing messages.
The global findings overwhelmingly suggest personal Internet time rivals TV time.

Among consumer respondents:

19 % stated spending six hours or more per day on personal Internet usage,
versus 9% of respondents who reported the same levels of TV viewing.

66 % reported viewing between one to four hours of TV per day, versus 60 % who reported the same levels of personal Internet usage.

Consumers are seeking consolidated, trustworthy content, recognition and community when it comes to mobile and Internet entertainment. Armed with PC, mobile and interactive content and tools, consumers are vying for control of attention, content and creativity. Despite natural lags among marketers, advertising revenues will follow consumers' habits.

"Consumers are demonstrating their desire for both wired and wireless access to content:
an average of 81 % of consumers surveyed globally indicated they've watched or want to watch PC video,
and an average of 42 % indicated they've watched or want to watch mobile video," said Bill Battino, Communications Sector managing partner, IBM Global Business Services.
"Given the rising power of individuals and communities, media and entertainment industry players will have to become much better at providing permission-based advertising and related consumer-driven ratings services."
Saul Berman, IBM Media & Entertainment Strategy and Change practice leader, said, "The Internet is becoming consumers' primary entertainment source. The TV is increasingly taking a back seat to the cell phone and the personal computer among consumers age 18 to 34. Just as the 'Kool Kids' and 'Gadgetiers'(1) have replaced traditional land-lines with mobile communications, cable and satellite TV subscriptions risk a similar fate of being replaced as the primary source of content access."

The IBM Ins
titute for Business Value survey of more than 2,400 households in the United States, United Kingdom, Germany, Japan and Australia covered global usage and adoption of new multimedia devices and media and entertainment consumption on PCs, mobile phones, portable media players and more.

Television Viewing Shifts

In the largest digital video recorder market, 24 percent of U.S. respondents reported owning a DVR in their home and watching at least 50 percent of television programming on replay. Surprisingly, 33 percent in the U.S. reported watching more television content than before the DVR. More than twice as many U.K. consumers surveyed use video on demand services than own a DVR, and less than a third of U.K. consumers have changed their overall TV consumption as a result of DVR ownership. In Australia, despite owning a DVR, most respondents prefer live television or replay less than 25 percent of their programming.

Online Content Trends

Consumers are increasingly contributing to online video or social networking sites: nine percent of German and seven percent of U.S. respondents claim to have contributed to a user-generated content site; 26 percent of U.S. respondents reported contributing to a social networking site. While the numbers were slightly less from other countries like the UK (20 percent) and Japan (9 percent), they are also significant. Australia topped all countries surveyed with 36 percent contributing to social networking sites and nine percent contributing to video content sites. Of those who contributed content, an average of 58 percent worldwide did so for recognition and community, not monetary gain.

Mobile Content Trends

In the UK, nearly a third of users who watch mobile TV reduced their standard TV set viewing patterns as a result of new mobile device services. 18 percent said they reduced "normal" television by a little and another eight percent reduced "normal" television by a lot; four percent substituted television on their regular TV with their new device altogether. For respondents in Germany who had watched mobile video, 23 percent prefer to view user generated content, and 21 percent prefer video trailers or promotions.